Lubaya Presse

INFOS

Tommy Tambwe coordonnateur du P-DDRCS : Lubaya Claudel André appelle le chef de l'État à faire marche en arrière

Le député national Lubaya Claudel André a appelé le Président de la République à revoir l'ordonnance nommant Emmanuel Tommy Tambwe à la tête du programme de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilisation (P-DDRCS ) au regard de son passé « sulfureux ». M. Tambwe est contesté à ce poste par plusieurs observateurs dont le Prix Nobel de la Paix Denis Mukwege.

« Une voix aussi retentissante sur l'ensemble de la planète comme celle du Prix Nobel de la Paix Docteur Denis Mukwege peut s'exprimer et manifester son indignation, que nous reste-t-il encore à faire ? Nous ne pouvons que nous joindre à lui et tirer cette sonnette d'alarme. C'est vrai que celui qui a été nommé, l'a été par des choix qui ne sont pas nôtre, mais qui sont ceux du Chef mais si son parcours pose problème en terme des missions qui lui sont assignées, il est tout à fait normal que l'on se ressaisisse, on l'a fait tout récemment avec les gens qui étaient nommés à la Banque Centrale du Congo, pourquoi on ne le ferait pas pour lui ? Ça serait juste et ça serait aussi la preuve qui tient réellement à ce processus et à son succès, c'est-à-dire le désarmement et la réinsertion », a déclaré à ACTUALITÉ.CD mercredi 11 août 2021 Lubaya Claudel André .

Quant aux attentes de ce programme, l'ancien gouverneur de la province du Kasaï Occidental, insiste sur l'évaluation sans complaisance des échecs antérieurs pour assurer la réussite de ce programme. Il insiste sur la non réinsertion dans l'armée ou dans la police de tous ceux qui vont déposer les armes.

« Ce n'est pas un nouveau programme, ce n'est pas une première chose dans notre pays, ce programme a toujours existé, nous devons à la suite de la mise en place des animateurs, commencer par évaluer les causes de l'échec des programmes précédents et peut être que la nomination du nouvel animateur qui a posé problème, peut être aussi à la base du manque d'évaluation des programmes précédents. Nous attendons ce programme, moi personnellement comme élu. Que ce programme apporte des réponses claires en termes de récupération de tous les combattants qui étaient dans les groupes mais aussi leur réinsertion et surtout éviter de les réintégrer dans l'armée, ce qui est dangereux, ce qui n'est pas à répéter. Ni les réintégrer dans l'armée, ni encore les promouvoir dans l'armée comme on a fait cela les années écoulées. Il faut les envoyer dans la vie civile, et pas à les faire des officiers supérieurs des forces armées de la République Démocratique du Congo comme ça a été fait par le passé et ça nous a conduit là où nous sommes aujourd'hui », a-t-il recommandé.

Et de poursuivre :

« Pour éviter les erreurs du passé, c'est l'évaluation sans complaisance des programmes antérieurs, c'est la base de la réussite et du succès du nouveau programme. Même le financement, il peut y avoir 50 milliards USD, si on ne tire pas des leçons de nos erreurs passées, même les milliards ne serviront à rien, il faut d'abord évaluer, sans complaisance, je dis bien sans complaisance les programmes antérieurs. Nous avons déjà un programme, maintenant il faut le mettre en œuvre mais avant de le mettre en œuvre, il faut évaluer ce qui n'a pas marché la fois dernière avant de commencer pour éviter de répéter les mêmes erreurs, ça c'est capital ».

Contexte

Le 4 juillet dernier, le Chef de l'État Félix Tshisekedi avait signé de l'ordonnance portant création, organisation et fonctionnement du Programme de désarmement, démobilisation, relèvement, communautaire et stabilisation (P-DDRCS) par le Chef de l'État Félix Tshisekedi. C’est Tommy Tambwe Rudima qui avait été porté à la coordination de ce service rattaché à la Présidence de la république, secondé par le colonel Pierre Égide Bosale Ekilingai comme coordonnateur national adjoint chargé des questions techniques et opérationnelles, et Patricia Umbele Ntuka comme coordinatrice nationale adjointe chargée des questions administratives et financières.

Tommy Tambwe a œuvré au sein des rébellions appuyées par le Rwanda notamment le RCD-Goma et le M-23. Sa nomination est fustigée par plusieurs activistes de droits de l’homme dont le Prix Nobel de la Paix Denis Mukwege qui milite pour la justice transitionnelle pour les crimes graves commis dans l’est de la RDC. 

Le P-DDRCS a pour objectif de promouvoir la stabilité par la réintégration des ex combattants dans la vie civile au sein des communautés et non pas au sein des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, dans une logique de rétablissement de la cohésion sociale grâce au développement économique durable et au soutien de leurs moyens de subsistance, conformément aux plans de développement local et au processus de planification participative.

Né de la fusion du Programme national de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion en République Démocratique du Congo (PN-DDR) et du Programme de Stabilisation et Reconstruction des Zones sortant des Conflits Armés (STAREC), le P-DDRCS s'inscrit dans une stratégie globale de stabilisation et de prévention des conflits en priorisant le renforcement du développement économique et social ainsi que la sécurité à long terme mais également s'articule sur la stratégie conjointe de retrait progressif de la MONUSCO et s'inscrit en cohérence avec les initiatives de stabilisation et de développement réalisées notamment en application de l'Accord cadre d'Addis Abeba, ainsi que celle de la stratégie nationale des préventions des conflits, de stabilisation et de renforcement de la résilience des Communautés.

Le P-DDRCS est doté des fonds émargeant au Budget de l'Etat ainsi que de tous dons et financements des partenaires et organismes intéressés à sa mission. Il comprend dans sa structure, le comité de pilotage ; la coordination nationale ; le comité technique ; des coordinations provinciales et des antennes territoriales.

Clément Muamba

Recherche info

Image
Image

MES COORDONNÉES

LIENS INTERNET

NEWSLETTER

Search