Opinion

RDC-Transfert de François Beya à Makala : Lubaya Claudel André dénonce les irrégularités

Kinshasa, 05 avril 2022- L’élu du Kananga, Lubaya Claudel André a, dans sa réaction écrite, ce mardi, concernant l’affaire François Beya, appelé les autorités du pays, soit libéré l’ex-conseiller du Chef de l’Etat ou encore à le présenter, conformément à l’article 18 de la constitution, devant la justice pour qu’il soit informé des motifs de son arrestation.

Pour lui, le transfèrement de François Beya en prison souffre des irrégularités de forme d’abus de pouvoir contre lequel il invite les autorités à éviter.

“Puisqu’il n’est jamais tard pour mieux faire, il revient aux autorités de sortir de cette posture dévastatrice en mettant fin à l’abus de pouvoir d’État, en rendant purement et simplement sa liberté à Monsieur BEYA ou, du moins, en le présentant immédiatement devant l’autorité judiciaire compétente afin qu’il soit informé des motifs de son arrestation conformément à l’article 18 de la Constitution. Il en est de même de l’obligation qui leur incombe d’assurer le respect des garanties juridictionnelles de M. BEYA ainsi que la pleine jouissance de ses droits fondamentaux notamment celui de bénéficier de l’assistance par un avocat de son choix, l’égale protection des lois de la République dans le cadre d’un procès équitable”, peut-on lire dans sa réaction.

Lubaya Claudel André a, en outre, estimé que l’arrestation de l’ancien conseil spécial du chef de l’État en matière de sécurité a été faite en violation de la constitution et de tous les principes régissant l’État de droit.

C’est depuis le 05 février de l’année en cours que François Beya, accusé de trahison, se trouve entre de les mains de l’ANR qui lui a transféré lundi 04 avril à la prison de Makala.

Transfert que Lubaya Claudel André en défenseur du peuple, dénonce estimant que l’incriminé se trouve incarcéré sans dossier en bonne et due forme et sans être placé sous mandat d’arrêt.

“En l’absence d’un dossier judiciaire dûment instruit par un magistrat compétent dans le respect de la loi et de celui du droit de la défense garanti à toute personne, le placement de l’intéressé à la Prison de MAKALA constitue à la fois une violation de la Constitution et une détention tout aussi illégale qu’irrégulière. Dès lors, l’arrestation de M. BEYA qui, pourtant, jouit pleinement de la présomption d’innocence, revêt un caractère fondamentalement arbitraire qui accable les pouvoirs publics et les couvre de boue infâme”, s’est-il indigné.

Manassé DIBWA

Bienvenu (e)

Install
×
Activer les notifications    OK Non merci